Monday, 24 June 2024

François Hollande, l'«homme normal» devient président

Francoise Legarde By Francoise Legarde | May 07, 2012 | France

Le candidat socialiste devient le septième président de la Ve République. Élu président de la République,avec 51,67% des suffrages, François Hollande,trente et un ans après, succède à François Mitterrand dans l'imaginaire socialiste. Il devance le président sortant de 1,2 million de voix.

François Hollande est devenu président. Personne ne l'avait imaginé, sauf lui sans doute. À 57 ans, il succède pourtant à François Mitterrand, l'équivalent pour la gauche du général de Gaulle. Ce n'est pas rien: il entre dans l'Histoire comme le deuxième président socialiste de la Ve République. Qui pense encore aujourd'hui que Hollande est un «homme normal» ? Lui sans doute. Il revendique la formule. Mais pour les autres, les regards vont définitivement changer.

L'ancien président et le nouveau se ressemblent. Le même ancrage dans la France des campagnes, la Nièvre pour l'un, la Corrèze pour l'autre. Le même souci du parti, fondé par l'un, dirigé onze ans durant par l'autre. Le même goût pour les discours, quitte à ce qu'Hollande en vienne souvent à adopter les mêmes postures et intonations. La même habileté d'orfèvre pour la tactique politicienne et les manœuvres d'appareil. Mais les ressemblances s'arrêtent là.

Choisir l'homme normal, le candidat de réserves, la France a voulu s'appuyer sur le candidat qui a choisi de mettre devant tout  la justice sociale  et la protection des droits et du modèle des services qui constitue l'épine dorsale de la société française.  Avec calme et  bon sens.
Aussi un choix de défense contre l'Europe des sacrifices  sans  équité, la rigueur sans la croissance. Il ne pouvait être un choix de la peur et le rejet.   En fin de compte, les défenses et les craintes, ils sont dilués dans une victoire tranquille, dans un projet qui rassure une société inquiète et déchirée.  Européenne  convaincu   Hollande a fait un chef-d'œuvre de sensibilité et d'une stratégie pour maintenir ensemble, dans un ordre du jour qui nécessite la consolidation budgétaire, les attentes de la gauche et au moins une partie modérée de l'électorat, celui qui a fait la différence dans le vote d'hier.

 

 


Related News

This website uses cookies to help us give you the best experience when you visit our website. By continuing to use this website, you consent to our use of these cookies. Read More Accept